Le carnet de route du séminaire Saint-Sulpice

De Vaugirard à Issy-les-Moulineaux en passant par Paris
A Vaugirard, village tout proche de Paris, trois prêtres, dont Jean-Jacques OLIER (1608-1657) fondent un séminaire en décembre 1641. OLIER, devenu huit mois plus tard curé de Saint-Sulpice, transfère sa petite communauté à Paris, près de son presbytère  La paroisse et le séminaire dépendent alors de l’abbaye Saint-Germain-des Prés. Malgré les décisions du concile de Trente en 1563, les évêques en France ne parviennent pas à établir des séminaires pour former leurs prêtres.  Initiative privée, ce nouveau séminaire se met au service de l’Eglise de France en formant au sacerdoce les candidats qui s’y présentent. Le succès oblige bientôt OLIER à faire construire un vaste bâtiment en quadrilatère, occupant le centre de l’actuelle Place Saint-Sulpice (1651).

The Saint-Sulpice church and square in Paris, France

Place et église saint Sulpice à Paris

Perdu lors de la Révolution, cet édifice est démoli en 1803 pour dégager cette grande place prévue dès le milieu du siècle précédent. Louis XVIII décide de construire un nouveau séminaire sur le côté sud de la Place ; en attendant son achèvement (1820-1838), la plupart des séminaristes sont envoyés à Issy. Après 1838, le séminaire fonctionne en deux sections : les deux premières années d’études («Philosophie ») restent à Issy, les trois suivantes (« Théologie ») occupent le bâtiment parisien. Mais en 1906 l’Etat reprend ce bâtiment qui devient en 1922 Hôtel des Finances. Le regroupement des deux sections à Issy est donc nécessaire.

La résidence d’Issy
La première construction remonte aux années 1550. Cet élégant manoir Renaissance est la propriété de plusieurs familles bourgeoises jusqu’à Jean de LA HAYE, orfèvre du roi, qui la vend en 1606 à Marguerite de VALOIS, plus connue sous le nom de ‘reine Margot’.
Achetée en 1655 par M. LE RAGOIS de BRETONVILLIERS, nouveau curé de Saint-Sulpice, cette résidence avec son parc sert de maison de campagne pour les congés des séminaristes et des prêtres sulpiciens, et même pour les vacances de ceux qui ne peuvent retourner dans leur province. Dans les dépendances se loge l’année de spécialisation des futurs sulpiciens (« la Solitude »). Confisqué et disloqué sous la Révolution, le domaine est peu à peu racheté ; en 1818, il devient séminaire : la résidence augmentée de quelques annexes peut accueillir les deux années de « Philosophie ». Très endommagé par les insurgés de la Commune en 1871, l’ensemble quelque peu hétéroclite est reconstruit, en beaucoup mieux, par étapes de 1872 à 1894, sans interrompre le fonctionnement du séminaire.

The Saint-Sulpice church and square in Paris, France

Bâtiment principal du séminaire Saint-Sulpice vu du jardin à la française

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *