La ‘petite Compagnie’ connaît un élan missionnaire infatigable

 

En France,
Ordonné prêtre le 21 mai 1633, Jean-Jacques Olier, après avoir participé à des missions d’évangélisation dans les campagnes françaises, fonde le séminaire en 1641. Celui-ci acquiert très tôt une grande notoriété et plusieurs évêques demandent la fondation d’établissements semblables dans leurs diocèses (Nantes, Viviers, Clermont, Le Puy…), sous la direction de prêtres de Saint-Sulpice, qui constitue la Compagnie des Prêtres de Saint-Sulpice. J.-J. Olier aime l’appeler la ‘petite Compagnie’.

Dans le Nouveau Monde
Dès 1635, Jean-Jacques Olier participe aux efforts pour une mission vers le Canada et la fondation de Montréal, effective en 1642. En 1657, peu avant de mourir, il y envoie quatre sulpiciens comme missionnaires. Ils sont plus de trente, un siècle après. En 1791, l’évêque de Baltimore demande des Sulpiciens pour fonder son séminaire, le premier aux Etats-Unis (http://www.sulpiciens.org/spip.php?article76).

Dans le monde entier
Puis au vingtième siècle plusieurs sont envoyés pour le même service du clergé en Extrême-Orient, en Amérique latine, en Afrique. Les Sulpiciens, grands pédagogues et directeurs spirituels, se consacrent à la formation des futurs prêtres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *